Aller au contenu
Croix Constantin

LA LÉGENDE
La Croix Valmer doit son nom à l’empereur romain Constantin qui, en route pour Rome en 312, vit apparaître dans le ciel une croix et les mots « In Hoc Signo Vinces » (Par ce signe tu vaincras).

AU TEMPS DES ROMAINS
L’histoire de La Croix Valmer commence à l’époque romaine. En 125 avant Jésus-Christ, les Romains instaurent alors la « Pax Romana » et le littoral méditerranéen se transforme en lieu de villégiature privilégié pour les familles romaines auxquelles on attribue des terres.

C’est ainsi que de nombreuses habitations verront le jour. Il en est ainsi de la villa romaine de Pardigon, qui s’étend sur 3 500 m², fut l’une des plus grandes villas maritimes romaines du littoral gaulois.

L’INCONNUE DE PARDIGON
En 1895, en creusant dans des terrains appartenant à la Compagnie du Domaine de la Croix, une grande quantité de poteries, des débris de marbre et des monnaies romaines ont été mis à nu. Des paysans de La Croix Valmer venaient la nuit fouiller le sol, espérant découvrir le fameux trésor caché que recherchent les archéologues. La compagnie dut mettre des gardes pour empêcher les dégâts. Le butin trouvé a été placé dans les hôtels de La Croix Valmer. Tout le monde pouvait se servir. Seul reste un masque de femme en marbre qui a échappé au désastre. Il a été placé dans le bureau du Directeur du Domaine. Il servait visiblement de bouche à une fontaine de la villa romaine. C’est un hommage rendu aux divinités des eaux vives, à ces naïades toutes jeunes et belles auxquelles les romains attribuaient l’abondance et la persistance des sources. Elle est très belle. Le nez et une partie de la joue gauche ont été meurtris par la pioche du terrassier. Hormis le marbre de carrare, rien n’est romain dans cette esquisse. Mais par la tête de la jeune femme, les pupilles des yeux non apparentes, par sa finesse et mesure, elle rappelle les plus belles productions grecques du 1er siècle de notre ère. (Source : Docteur A. Donnadieu)

DOMAINE DE LA CROIX
Vers 1882, en venant passer commande de soie à Cogolin, les soyeux de Lyon s’installent à La Croix Valmer, captivés par le climat et la beauté des paysages. Pour mettre fin à l’isolement du littoral, la ligne ferroviaire du fameux « Train des Pignes » voit le jour vers 1890, aujourd’hui remplacé par un service de bus.

En 1895, La Société du Domaine de La Croix, alors propriétaire de 150 hectares de vignes, construit une cave à proximité de la gare. Autour du hameau de la Croix, une vraie vie administrative et économique s’installe, avec la construction d’une école, d’une église, d’un bureau de poste mais aussi l’installation du réseau électrique et l’arrivée d’un médecin.

INDEPENDANCE
Après s’être appelé La Croix, La Croix de Cavalaire, La Croix des Mimosas, le village devient officiellement en 1934, La Croix Valmer, à l’initiative du premier maire et de l’administration des postes qui craignait la confusion avec de trop nombreux homonymes.

DEBARQUEMENT DE PROVENCE
Il ne pourrait être question d’histoire sans évoquer le Débarquement de Provence…
De 1940 à 1944, la ville de La Croix Valmer fut occupée par les Italiens puis par les Allemands. Le 15 août 1944 au petit matin, une impressionnante armada arrive dans la presqu’île de Saint-Tropez, La Croix Valmer notamment s’étant avérée être un lieu de débarquement propice. Les troupes alliées n’y feront que passer afin de rejoindre, en passant par Cogolin, les villes de Toulon et Marseille.

la croix valmer
square du souvenir
la croix valmer